Archives par mot-clé : Sony

Enjoy the silence

Il y a un truc dans la vie qui est vraiment appréciable, c’est le silence. Surtout quand on passe sa vie en ville comme moi. Et mieux que le silence, c’est de mettre le son qu’on aime par dessus, et rien d’autre. Il y a quelques mois, j’ai fait l’acquisition d’un casque audio à réduction de bruit. Il n’y avait pas beaucoup d’avis sur internet pour me guider, alors j’ai décidé d’écrire ce billet pour vous faire part de mon humble avis sur ce type de casque.

Le principe du casque audio à réduction de bruit, c’est de diffuser en écoute le son ambiant en opposition de phase, afin de supprimer par interférence destructrice les sons parasites. Enfin, ça c’est la théorie bien sur, car dans la pratique, il faut raffiner un peu plus l’idée pour arriver à quelque chose qui marche.

Allez, encore un petit dessin pour comprendre ! Je finirai bien par m'améliorer !
Allez, encore un petit dessin pour comprendre ! Je finirai bien par m’améliorer !

Comme ce casque analyse le bruit ambiant et effectue des traitements dessus, il a besoin d’énergie pour fonctionner, et donc d’une pile ou d’un accu. C’est le point important à souligner.

J’ai donc fait l’acquisition d’un Bose QuietComfort 15, moi l’habitué des casques fermés et passifs de Sennheiser (que j’adore !). Après en avoir parlé au bureau avec mon collègue Seb G. Nous avons procédé à un échange mutuel de casque pour nous faire notre petit comparatif. Je vous donc part du mien ici.

Pour le comparatif, pour la partie musique, je me base sur l’écoute de quelques uns de mes titres préférés, qui permettent de couvrir une assez grande variété musicale :

  • Massive Attack – Angel
  • Miles Davis – Générique
  • 3 Doors Down – Kryptonite
  • Norah Jones – Don’t Know Why I Didn’t Come

Sony MDR NC60

a.k.a la chair à canon de ce test

Disons-le d’emblée, le Sony MDR NC60 n’est pas un casque récent, et je concède que le mettre en compétition avec les deux autres modèles est un peu déloyal. Normalement, on tape pas les petits dans la cour de l’école, mais là, le pion regarde pas, alors allons-y gaiement.

On découvre un casque aux écouteurs rabattables, et une connectique très simple. L’écouteur est équipé d’une prise jack femelle ce qui est un très bon point pour la compatibilité.

En le posant sur la tête, il s’avère très confortable. Les mousses de l’isolation circumaurale sont larges et englobent toute l’oreille. L’isolation passive est bonne, hormis pour les voix.

Comme tous les modèles présentés ici, le casque ne peut pas être utilisé en casque standard lorsqu’il est sur off : ce qui veut dire que sans batterie, point de salut, le casque ne sert à rien. En basculant sur on, c’est un peu le massacre : certes les bruits extérieurs sont moins audibles, mais le souffle généré par le système est important. Système qui semble parfois entrer en résonance et crée des vibrations dans les basses. bref, on enjoy pas trop le silence, c’est assez perturbant. A noter la présence d’un petit bouton « Monitor » qui permet de faire passer le son extérieur (quand quelqu’un vous parle par exemple). Retirer le casque pour le même effet…

Mettons un peu de musique. Le souffle de la réduction de bruit est toujours audible à volume faible. Plus le volume augmente, plus ce bruit parasite est couvert… comme avec un casque passif en fait ! Le son est plutôt neutre, assez insipide, très très peu de basses ce qui fait que les voix prennent le pas sur les instrus. Bref c’est vraiment moins bien que mon Sennheiser passif… Ouch !


Sony MDR NC500D

Passons aux choses sérieuses !

Oublions le NC60, véritable gagdet low-cost, pour se pencher sur un casque un peu daté lui aussi mais plus haut de gamme, du même constructeur. Le traitement du son est cette fois-ci numérique : une belle promesse marketing qu’il convient de mettre à l’épreuve !

Au premier coup d’oeil, on voit déjà que la grosse pochette rectangulaire rigide est digne des caméscopes hi-8 des années 90, ce qui m’amuse un peu 🙂 Coté connectique, même combat que pour le NC60 (son seul point positif, je rappelle !). Le blindage du câble jack est bon. Vous comprendrez dans la section Bose pourquoi j’en parle.

Sur le casque, du bouton en veux-tu en voilà, avec 3 modes de filtrages et un mode adaptatif, le fameux bouton monitor et le on/off. Côté alimentation, la batterie du casque est interne et ne s’enlève pas… Aïe ! Y’a intérêt à le recharger régulièrement…

Au niveau ergonomie, c’est un peu plus petit cette fois ci au niveau de l’oreille mais le confort d’écoute reste honorable. C’est peut-être le petit défaut de ce casque. L’isolation passive est très bonne. Activons la réduction de bruit.

Le bruit ambiant est cette fois ci plutôt bien matté, au pris d’un léger souffle. Jonglons avec les différents modes… bon ça ne change pas grand-chose…

Envoyons la musique ! Dès les notes les plus légères, le souffle est couvert par la musique, même à volume faible. Avec la musique, le résidu de son extérieur est bien couvert, y compris les voix. Au niveau de la restitution du spectre audio, les basses sont plus présentes que sur le modèle précédent, tout en restant sobres. une petite faiblesse au niveau des aigus étouffe un peu le son, mais globalement, c’est plutôt agréable.

Au final, on a un casque très réussi, qui procure la sensation qu’on recherche en achetant un casque à réduction de bruit.


Bose QuietComfort 15

Une bulle musicale… ou de silence, au choix.

Alors peut-on trouver mieux que ce Sony MDR NC500D ? Je vais tuer le suspens immédiatemment : à mon avis, oui, le Bose lui est supérieur en qualité de casque audio et en isolation active.

Mais commençons par le début : un étui semi-rigide plutot bien foutu et sans superflu (à part peut-être les petites cartes pour faire du bouche à… oreille). Comme pour les modèles Sony, les écouteurs peuvent tourner autour de deux axes. la connectique du casque est un jack un peu chiadé, ce qui laisse planer un doute sur la compatibilité avec du bon jack de base. Bonne surprise : la présence d’une version « kit piéton » du cable avec des commandes de lecture/pause et de controle du volume. Autre bonne surprise : le casque est alimenté par une seule pile AAA. Il reste donc assez léger, et la gestion de l’alimentation est plus aisée si on achète quelques accus AAA qu’on fait tourner.

Au niveau fonctionnalité, le maître-mot est simplicité, avec un bouton on/off, point barre. Et vous savez quoi ? ça suffit largement. Point de vue confort, c’est vraiment très bon, rien à redire. En isolation passive, on a sensiblement la même atténuation que pour le Sony MDR NC500D, donc c’est déjà satisfaisant.

Allumons la bête… C’est très impressionant. Alors qu’on pense déjà être dans un environnement plutot calme, le silence se fait. On réalise qu’il y avait un bruit de clim’, le souffle d’un ventilo… On s’amuse à enlever et remettre plusieurs fois le casque pour apprécier la différence. La réduction de bruit est excellente, au prix d’un très léger souffle (si on fait attention) et d’une légère sensation de surpression au niveau de l’oreille, qui déplaira peut-être à certains.

Dès les premières notes de musique, la sensation d’isolation est totale, même à volume faible. Sur toute la playlist audio, le casque s’en sort vraiment très bien, avec une restitution assez homogène du spectre audio. La trompette de Miles Davis est claire, les basses de Massive Attack sont vibrantes, la voix de Norah Jones cristalline. Bref, c’est un vrai bonheur, et en avion la sensation d’isolation est bluffante, le bruit des moteurs n’étant perceptible que par la vibration qu’ils transmettent au corps.

Seule ombre au tableau : avec un câble dédié manifestement à l’écoute sur smartphone, on aurait été en droit d’exiger un meilleur blindage du câble… En effet le messaging gsm interfère et s’entend parfois dans le casque. C’est vraiment dommage ! De ce point de vue, le câble du Sony NC500D me semble de bien meilleure qualité.


Qu’en retirer ?

Au final, s’il fallait refaire un achat aujourd’hui, je repartirai clairement sur le même modèle de chez Bose, procurant vraiment une sensation de petite bulle intime qui vaut son prix, malgré quelques défauts mineurs qui seront sans doute gommés dans des versions à venir.

Mon conseil : foncez chez bose si vous cherchez un bon casque à réduction de bruit.


Je liste ci dessous les autres casques que j’ai pu essayer depuis ce comparatif

Bose QuietComfort 25 (ajout du 21/10/2014)

Depuis ce comparatif, Bose a sorti son nouveau modèle, le QuietComfort 25, que mon collègue David a acheté et m’a fait essayer !

Le nouveau QuietComfort 25 de Bose

Rapidement, les nouveautés observées sont les suivantes :

  • Un look un peu plus moderne avec quelques touches de couleur bien dosées
  • Un degré d’articulation supplémentaire sur l’arceau au-dessus de chaque écouteur et qui permet de ranger le casque dans un nouveau boitier, plus compact
  • Un mode passif qui ne nécessite pas d’alimentation (mais la qualité n’est pas au rendez-vous, c’est vraiment pour dépanner)
  • Une fiche jack qui semble un peu plus normalisée en bas de l’écouteur
  • Un câble plus épais ce qui semble indiquer un meilleur blindage, donc moins de parasitage GSM

Pour ma part je trouve toutes ces évolutions bienvenues : elles corrigent tous les petits défauts du QuietComfort 15, sans perdre en qualité sur le son et la qualité de la réduction du bruit. Mis de côté le mode passif dont on attendait plus, ce casque est parfait ! A vous de juger si vous voulez mettre les 50 euros supplémentaires qui le séparent de son petit frère, le QC15.


 

Audio Technica ANC-70 (ajout du16/11/2014)

L’ami Manu (que je remercie pour la relecture de ce billet) a lui aussi craqué pour la réduction de bruit, mais s’est orienté vers un modèle moins onéreux (150-180€ neuf).

Un produit d’une qualité d’assemblage très bon, du niveau du QC15, sans problème. Au niveau son, présence d’un mode passif qui n’est pas génialissime mais tout de même bien meilleur que celui du QC25. Au niveau réduction de bruit, l’isolation me semble un peu moins bonne que sur le QC15 (mais c’est peut-être du au fait que mes oreilles ne rentrent pas complètement à l’intérieur des mousses de l’Audio Technica), mais le souffle lié au fonctionnement du système est quasi-inexistant ! C’est proprement bluffant ! Au niveau restitution audio, c’est très propre les basses sont traitées avec sobriété et ne prennent pas le dessus sur les autres fréquences. Les médiums ont tendance à s’affirmer un peu trop lorsqu’on pousse le volume (il y a un contrôle sur le casque), mais faut vraiment chercher la petite bête. Un peu de messaging GSM entendu dans le casque, sans que le câble y soit connecté… petit défaut ?

Côté alimentation, c’est du tout bon avec le même principe de pile AAA que chez Bose. Très bonne connectique avec un jack standard sur le casque et ça c’est appréciable !

Au final, voilà clairement un casque audio qui rentre en compétition avec les Bose, qui fait un traitement moins radical au niveau du système de réduction de bruit. Le parti pris de ce casque n’est pas d’offrir la meilleure réduction de bruit, mais la meilleure expérience de son au meilleur prix, en celà c’est complètement réussi, et ce ANC-70 est un sérieux concurrent aux Bose !