Archives par mot-clé : NASA

Et Pluton sort de l’ombre…

Les évènements astro-culturels comme celui que nous allons vivre dans quelques jours sont rares. Pluton, qui dans les années 90 (et alors que je n’étais qu’un jeune passionné d’astronomie) était encore l’ultime planète de notre système, va enfin révéler son apparence à l’humanité, grâce à la sonde de la NASA, New Horizons.

Découverte en 1930 par Clyde Tombaugh (un américain), Pluton a « perdu » sont statut de planète il y a quelques années pour endosser le status de « planète naine ». En effet, au fur et à mesure qu’on trouvait des objets similaires dans les régions lointaines du système solaire (Eris, par exemple), cette petite boule (plus petite que notre Lune) a perdu de son caractère exceptionnel aux yeux de la communauté scientifique, et il a semblé naturel à Union Astronomique Internationale de la déclasser. Cet épisode a durablement courroucé nos amis américains qui ont protesté avec énergie. En effet : la seule planète découverte par un américain n’en était plus une, amoindrissant ainsi un accomplissement de leur nation. C’est pourquoi vous pourrez voir lors de vos détours sur Internet des groupes scandant encore que Pluton EST une planète. La plupart du temps cette forme d’activisme est heureusement du second degré scientifico-geek. Bref un bon sujet de t-shirt pour barbu.

J’ai fait une recherche sur google pour trouver un exemple… je pensais pas en trouver autant ! (28$ sur lookhuman.com)

Bref, étant ado, Pluton était encore pour moi une planète, la dernière du système solaire, et les auteurs de livres d’astronomie étaient franchement bien embêtés pour la représenter. Le passage des sondes Pioneer et Voyager nous avaient inondé de photos époustouflantes des autres mondes de notre système solaire, ces géantes gazeuses que sont Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Mais rien sur Pluton. Du coup, depuis que je suis né, je suis nourri aux « vues d’artiste » en ce qui concerne Pluton.

Pluton et Charon (vue d’artiste) – Prise de risque minimale : bien dans l’ombre, et pour la partie éclairé, dans le doute un truc qui ressemble vaguement à la Lune ou à Mercure.

Ainsi, après avoir découvert l’an dernier à quoi ressemblait une comète de très près, je vais découvrir le véritable visage de Pluton. Alors que les premières images nous parviennent, je sais que toute l’imagerie fantasmée que j’ai accumulée pendant des années va voler en éclats, après le survol du 14 juillet prochain. Il y aura sans doute des découvertes inattendues, des caractéristiques insoupçonnées, bref de la magie pour cette planète qui n’en est plus une… mais qui va connaitre à nouveau son heure de gloire.

Image de Pluton reçue le 8 juillet de New Horizons… J’en ai déjà des frissons ! (c) NASA-JHUAPL-SWRI

A 10 jours de l’Espace

[Edit 21/07/2014 : Cet article est paru avant le report de tir – attention aux dates/heures qui ont donc changé]

C’est dans un peu moins de 10 jours que l’ATV5 – Georges Lemaître sera mis sur orbite par une Ariane 5 ES depuis le Centre Spatial Guyanais. L’occasion pour moi de vous présenter la mission en chiffres et en dates.

25/07/2014 3:41:03, heure de Toulouse

C’est l’heure précise à laquelle Ariane doit s’élever pour placer ATV5 sur sa première orbite.

Pour la mission précédente « Albert Einstein », Ariane a décollé le 5 juin 2013 – Crédit photo ESA/Arianespace

Le tir se fait sans fenêtre, ce qui veut dire que le moindre contretemps dans la chronologie finale est immédiatement sanctionné par un report de tir le lendemain. Cela vient du fait que pour optimiser l’utilisation du carburant embarqué à bord d’ATV, il faut viser une orbite initiale quasiment dans le même plan que l’orbite de l’ISS. L’orbite initiale étant conditionnée par le lieu du tir, cela ne peut se produire que lorsque la rotation de la Terre place Kourou dans le plan de la station, ce qui arrive deux fois par jour.

« Attends baby, tu prends tes lecteurs pour des jambons ! Juste au-dessus tu dis que c’est reporté au lendemain ! Pourquoi pas 12 heures plus tard, hein ? »

Pour des raisons de sureté ! Ariane 5 n’est tirée que vers le nord (le sud lui fait prendre une trajectoire trop au-dessus des zones habitées). Il n’y a donc finalement qu’une seule heure par jour pour lancer un ATV.

« Mouais… tu t’en sors bien ! »

Pour Georges Lemaître, on aura droit à un tir de nuit (22h41 en Guyane).

« Super. »

19 895 kg

Une fois séparé de l’EPS, l’étage supérieur d’Ariane, et de l’adaptateur mécanique conçu pour interfacer ATV avec l’EPS, Georges Lemaître affichera une masse de 19895 kg, ce qui est le nouveau record parmi la famille ATV.

l’EPS avec l’adapteur (anneau en noir) duquel se sépare ATV en début de mission. Crédits CNES/D.Ducros

C’est donc le plus « gros » vaisseau parmi les véhicules encore en activité qui desservent la station.

6

Étrangement, c’est bien le 6ème rendez vous avec la station spatiale que nous allons réaliser au centre de contrôle de Toulouse. Et le 5ème amarrage.

Jules Verne « le débraillé », 11 m avant l’amarrage ! Arrivera, arrivera pas ? Crédits photo NASA

En effet, lors de la première mission Jules Verne, il a fallu démontrer aux partenaires internationaux (parmi lesquels figurent la NASA et Roscosmos, l’agence spatiale russe) que le système complet ATV était en mesure de réaliser les phases d’approche et aussi une manœuvre d’évitement de la station. Pour cette raison, et afin de montrer patte blanche, la première tentative était destinée à être une démo, qui n’aboutirait pas à un amarrage.

678

Ce compteur est pour l’instant à l’arrêt, car c’est le nombre de jours cumulés avec un ATV en orbite. Cette cinquième mission sera donc l’occasion pour le centre de contrôle de fêter les deux ans cumulés en orbite du programme. Reprise du compteur le 25 juillet donc.

A ce sujet, en cas d’insomnie pour pourrez suivre le lancement en direct depuis les sites suivants :