Migration

J’avais un iPhone 3GS depuis 5 ans (!), et Korben m’a décidé à faire l’acquisition d’un OnePlus One. Si le téléphone vous intéresse, demain 17/11, une vente sans invitation requise est organisée entre 17h et 18h – Soyez à l’heure et faites preuve de patience : les serveurs seront sans doute saturés une fois de plus. Lors de la mise en vente précédente, au dernier moment, le créneau a été prolongé de 2h pour faire face à la demande.

Le choc des générations !
Le choc des générations !

J’ai donc effectué une migration de iOS vers Android, que je tiens à partager ici, parce que tout n’est pas évident et mérite parfois un peu de recherche.

En finir avec les iMessages

Un truc vraiment relou, c’est le service iMessage d’Apple (vous savez, ces SMS qui apparaissent en bleu), plus précisément la gestion de son arrêt. En effet, si vous avez activé ce service sur votre iPhone (Paramètres/Messages SMS), votre numéro est inscrit dans la base iMessage d’Apple. Quand un de vos contacts possédant lui aussi un iPhone et la fonctionnalité iMessage vous envoye un SMS ou un MMS, son iPhone commence par interroger la base Apple pour savoir si le destinataire (vous) dispose du service iMessage. Si c’est le cas, le message envoyé n’est pas vraiment un SMS : c’est un type de message dont le format est propre à Apple et qui transite par ses serveurs. Or le hic, c’est que si vous changez de téléphone sans désactiver iMessage sur votre iphone, vous ne recevrez plus rien de vos contacts Apple, dont tous les SMS/MMS resteront bloqués sur les serveurs d’Apple, votre téléphone Android ne s’y connectant jamais, bien évidemment. C’est pourquoi il est important avant de vous séparer de votre vieil iPhone de désactiver ce service.

configimessage

Le problème, c’est que parfois on a plus son téléphone (cassé, perdu, volé), donc si vous n’avez plus la main sur votre iPhone, il existe un service web d’Apple pour rayer votre numéro de la base iMessage.

Conserver son répertoire

La première chose que j’ai voulu faire, c’est une récupération de mes contacts. La méthode la plus simple, surtout quand on en a beaucoup, c’est de faire transiter votre répertoire par les services de synchro de Google. Mais celà nécessite d’avoir un compte Google. Pour ce faire il va falloir utiliser iTunes une dernière fois (courage !). Avec l’iphone connecté à votre PC/MAC, ouvrez iTunes et allez dans l’onglet infos de votre téléphone.

googlecontactsitunes

Pour que cela prenne effet, il faut appliquer les modifications pour lancer une synchro avec le téléphone. Quand c’est fait, vous pouvez désinstaller iTunes 🙂

Sur votre One flambant neuf, rien de plus simple pour récupérer vos précieux contacts, il suffit d’associer votre compte Google à votre téléphone dans la rubrique « Comptes » du menu des réglages.

Pour ceux qui n’auraient pas de compte Google et n’auraient pas l’intention d’en créer un, il existe une méthode avec le transfert de tout le répertoire par vcard mais je ne l’ai pas testée. A passer dans votre moteur de recherche favori, donc !

La configuration du réseau mobile

C’est sans doute ce qui m’a donné le plus de fil à retordre !

Si vous obtenez le message « l’application SMS/MMS s’est arrêtée » lorsque vous tentez d’envoyer un MMS, ou que l’envoi n’aboutit jamais, c’est que vous vous êtes un peu précipité et qu’il va falloir configurer les points d’accès de votre téléphone correctement.

1/ Dans les paramètres de l’application SMS (pour y accéder appuyez longuement sur l’icône de l’application et faites là glisser vers le (i) en haut à droite de l’écran), videz le cache et forcez l’arrêt de l’application.

Screenshot_2014-11-16-11-22-13

2/ Dans Paramètres / Réseaux Mobiles / Noms des points d’accès, commencez par faire le ménage en supprimant les points d’accès définis par défaut. Configurez-les ensuite selon votre opérateur. Pour trouver la bonne configuration, allez sur le site de l’assistance de votre opérateur, ou effectuez une recherche avec les mots clés « configuration APN [votre opérateur] » ça devrait donner de bons résultats.

Pour Free Mobile (par exemple), créez deux APNs avec les réglages suivants :

Nom : Free
APN : free
MMSC : Non défini (ne rien renseigner)
MCC : 208
MNC : 15
Type d’APN : default, supl, hipri

enregistrez ce premier APN (avec la touche menu)

Nom : Free MMS
APN : mmsfree
MMSC : http://mms.free.fr
MCC : 208
MNC : 15
Type d’APN : mms

enregistrez ce second APN (avec la touche menu)

3/ C’est presque fini, il faut juste redémarrer le téléphone pour prendre en compte les modifications. Sur le One, le bouton power est à droite.

Les raccourcis à l’utilisation :

Capture d’écran
appuyez sur « volume – » et « power » pendant 1 seconde

Ajouter un widget, changer le fond d’écran
Appuyez longuement sur le fond d’écran

Allumer la lampe
Sur écran noir, dessinez un V (la fonctionnalité doit être activée dans les réglages, dans la rubriques « Gestes »)

Démarrer l’appareil photo
Sur écran noir, dessinez un O (la fonctionnalité doit être activée dans les réglages, dans la rubriques « Gestes »)

Mode vibreur
En fait à volume minimum, votre One passe en mode vibreur automatiquement. encore une pression sur volume – et il passe en silencieux complet. intuitif, non ?

Un avis ?

Alors forcément je suis super content de mon One, à tout point de vue (performances, autonomie, ergonomie), mais en passant du 3GS à n’importe quoi d’actuel, il n’y avait pas de compétition possible de toutes façons. Je ne fais pas le test du téléphone ici car Korben l’a très bien fait, donc il n’y a pas de raison qu’un auvergnat répète ce qu’un autre auvergnat a déjà très bien détaillé.

Vehicle Team

Voilà un petit moment maintenant que je n’ai pas posté sur la mission ATV en cours ! Sur le blog du CNES, vous pouvez découvrir les différentes équipes qui travaillent dans le centre de contrôle ATV. Du coup, j’ai décidé de vous faire rentrer au cœur de celle à laquelle j’appartiens : la Vehicle Engineering Team, soit l’équipe des ingénieurs bord.

L’équipe véhicule en console !

Le travail des ingénieurs bord est de commander l’ATV grâce à des procédures préparées par leur soin à l’avance, de surveiller que tous les sous-systèmes du vaisseau répondent bien à ces commandes et que leurs paramètres mesurés à bord restent à des valeurs attendues.

Pour commander l’ATV, nous envoyons des séries de télécommandes, qui sont des messages très courts comprenant une action (par exemple : éteindre un néon en cabine) et un ou plusieurs paramètres (par exemple : le neon n°2). Côté retour, on reçoit ce que l’on appelle des télémesures. Ce sont des mesures de température, de pression, de tension électrique, et c. et des status matériels ou logiciels (tel équipement est allumé ou éteint, l’alimentation se fait sur batteries ou par les panneaux solaires, et c.) qui sont regroupés par l’ordinateur de bord et transmises au centre de contrôle, via des satellites géostationnaires. Lorsqu’un de ces paramètres n’a pas la valeur attendue, il apparait en rouge et lève une alarme dont la résolution est à notre charge.

Pour mener à bien ces tâches, l’équipe a été répartie sur plusieurs positions que je vais vous décrire.

ISISLa position ISIS est tenue par des ingénieurs capables d’opérer le très complexe système d’amarrage russe, ainsi que tous les systèmes d’interface entre l’ATV et la station spatiale. Ils ont également la charge de suivre tous les sujets touchant au systèmes d’habitabilité de l’ATV (lumière, ventilation, détection de feu… etc). En phase attachée, il suivent les opérations de transfert d’eau et les pressurisations de l’ISS par l’air embarqué des les réservoirs de l’ATV.

POLAR

Les ingénieurs de la position POLAR sont des spécialistes du système de contrôle d’attitude qui permet à l’ordinateur de bord de savoir à tout moment quelle est l’orientation de l’ATV dans l’espace et quelles sont les commandes de mise à feu des propulseurs qui permettent de contrôler cette orientation. Leur rôle est particulièrement crucial lors des manœuvres de changement d’orbite, mais également pendant le rendez-vous avec la station, un phase durant laquelle il ont la charge du système assurant la sûreté du vol de proximité.

SPACOMLes SPACOMs (Spacecraft Commander) sont nombreux dans l’équipe véhicule pour une bonne raison : ils tournent au trois-huit, 24/24, 7/7 pendant les 6 mois de la mission. Ils connaissent toutes les tâches de routine par cœur et sont des spécialistes de l’utilisation du centre de contrôle. Eux seuls sont habilités à envoyer des télécommandes au véhicule, sous la supervision du SOM.

SOMEn plus de son rôle de coordinateur au sein de l’équipe, le Spacecraft Operations Manager est le point de contact de l’équipe vehicule pour toutes les autres équipes. Il agit à ce titre en tant que véritable aiguilleur des tâches et assurant l’ordonnancement des activités. Il est également en charge de l’application de politiques de surveillance des paramètres, modifiant ainsi le type de paramètres surveillé et les seuils de déclenchement d’alarmes au fil de la mission.

CODALes CODAs sont spécialistes de l’ordinateur bord, des ses zones mémoire, des bus de données qui lui permettent d’échanger des données avec les autres instruments, et de l’état de configuration du véhicule. Ils ont également la charge des systèmes de communications, et des émetteurs/récepteurs de proximité. C’est logiquement une des positions requises pour la quasi-totalité des opérations au centre de contrôle.

PROTHEUSLes PROTHEUS s’occupent d’un triplet de sous-systèmes interdépendants : La propulsion, le contrôle thermique et la génération et distribution de la puissance électrique à bord. En marge de ce cœur de métier, ils sont amenés à gérer l’équilibrage des masses à bord et à gérer les échanges de fichiers liés à la réalisation d’une ré-hausse de l’ISS en phase attachée.

 

En plus de ces positions, il existe également deux fonctions, occupées par des spécialistes déjà affectés à une des positions décrites ci-dessus (une sorte de cumul des mandats 🙂 ). Le SOF (Spacecraft Officer) est un ingénieur bord spécialiste d’une phase qui vient assister le SPACOM et le SOM ponctuellement. les GDOs (Ground Database Officer) n’ont pas de fonction opérationnelle en centre de contrôle mais ils ont la lourde tâche de gérer la grande quantité de procédures, d’outils, de fichiers de configuration, bref tout le matériel opérationnel maintenu au sein de l’équipe.

Une équipe qui ne manque donc jamais de travail mais qui sait aussi se détendre, notamment avec ce petit détournement des armoiries d’une célèbre saga fantastique…

Un peu d'auto-dérision ne peut pas faire de mal !
Un peu d’auto-dérision ne peut pas faire de mal !

Et vous, quel ingénieur bord véhicule auriez-vous été ?