La veillée d’armes

C’est pour chaque mission ATV le même sentiment, la veille du tir. Cette atmosphère étrange des veilles de dates importantes. Petit, c’était la veille de la rentrée des classes, la veille du départ en vacances sur la côte atlantique, la veille de Noël… Je ne sais pas si c’est un goût, une odeur, ou un autre sens qui s’éveille spécifiquement, mais à chaque fois il y a ce mélange de stress et d’excitation qu’il est très difficile de définir. Quelque chose qui se révèle lorsque l’on réalise que ce que l’on a attendu patiemment est enfin là. Le moment singulier où le présent rejoint le futur. L’équivalent sensoriel du passage du mur du son.

Ariane 5, et sa coiffe aux couleurs de la dernière mission ATV. (Credits: ESA–S. Corvaja, 2014)

Cette nuit, à 1h47 (heure en France métropolitaine) Ariane 5 arrachera à la Terre le dernier modèle d’ATV, pour une ultime mission de ravitaillement de la station spatiale internationale (live vidéo à suivre ici). Depuis hier, nous sommes passés en conditions de vol, avec des horaires aménagés pour permettre le travail de nuit. Les bureaux autour du centre de contrôle, d’habitude fourmillant de monde semblent désertés… Et pourtant tout le monde est sur le pont pour couvrir les 24 heures de chaque journée d’opérations. Dans les semaines qui viennent, nous nous croiserons parfois seulement 15 minutes par jour entre collègues, le temps de prendre la relève.

« Si tu travailles de nuit, nous c’est pareil, on va pas se voir souvent 🙁 ! »

Le centre de contrôle avant le lancement (Crédits ESA – C. Beskow 2014)

Tout est prêt au centre de contrôle. Le spectacle peut enfin commencer. Petit plaisir avant de se lancer dans cette campagne, Pascal, Lauriane et moi sommes au Classroom. C’est mon adresse préférée pour manger un hamburger sur Toulouse. Demain matin, Pascal et moi relèverons ensemble l’équipe LEOP, qui effectue les premières opérations sur l’ATV : mise en pression du système de propulsion, déploiement des panneaux solaires entre autres. Nous aurons de notre côté à effectuer les deux premières manœuvres d’élévation de l’orbite et la purge en hélium du système de propulsion.

Cette fois ci donc, la sensation de la veillée d’armes aura un goût. Celui de mon burger. Et j’adore ça.

Au dessus de nos têtes, l’ISS

Nos belles nuits d’été vont être encore l’occasion de voir passer l’ISS dans le ciel, un peu avant l’aube ou peu après le crépuscule. Ce qu’on peut voir du complexe orbital depuis le plancher des vaches, c’est un point très brillant, traversant la voute céleste en quelques minutes. Par temps clair, on peut la voir, même depuis les grandes villes, mais elle est souvent confondue avec un avion lorsque l’on ignore ce que c’est… A la différence près que sa lueur ne « clignote » pas !

Un passage de l’ISS dans le ciel reconstitué par l’assemblage de multiples prises de vue (d’ou les pointillés) © T. Credner & S. Kohle, AlltheSky.com

Pour prévoir ses passages, vous pouvez vous rendre sur www.heavens-above.com et rentrer vos coordonnées géographiques (ou bien utiliser directement ce lien, déjà paramétré pour les toulousains) Si vous êtes curieux, bien d’autres satellites sont visibles la nuit dans le ciel.

Il existe également quelques applications smartphones, avec parfois des interfaces plus conviviales (celle de Heavens Above est très riche mais assez austère aussi, j’en conviens). Une recherche par mot-clé avec « ISS » donnant de bons résultat dans les catalogues d’application disponibles.

« Hey Babe, elle vient juste de disparaitre au milieu du ciel !!! »

Oui, celà peut arriver ! En fait l’ISS ne produit pas sa propre lumière, elle réfléchit simplement la lumière du Soleil. Lorsque la station passe dans l’ombre de la Terre, cette lumière semble s’éteindre. l’ISS poursuit évidemment sa course, mais dans l’obscurité.

Au début je voulais faire un schéma pour expliquer. Et ça a donné ça. Désolé.
Au début je voulais faire un schéma pour expliquer. Et ça a donné ça. Désolé.

Le mois d’août sera l’occasion de voir passer successivement l’ISS et l’ATV, à quelque temps d’intervalle. L’amarrage du 12 août ne sera quant à lui malheureusement pas directement visible puisqu’il fera encore grand jour en France vers 17h.

A l’oeil nu, ce n’est certes qu’un point dans le ciel, mais lorsqu’on dispose du matériel adéquat, qu’on sait s’en servir, et qu’on a même les qualités pour le bidouiller un peu, on peut voir beaucoup plus ! En témoignent les clichés spectaculaires de Thierry Legault.

Prise de vue depuis le sol de la station spatiale lors de la mission ATV-2. Un astronaute est même visible sur le cliché ! Une première ! – (c) Thierry Legault

Pour avoir ce résultat, évidemment, il faut avoir un excellent niveau d’astrophotographie, et du matériel de qualité permettant de réaliser un suivi précis. Si vous vous lancez un jour là-dedans, n’oubliez pas qu’on ne progresse que petit à petit et que de telles images nécessitent un grande expérience du domaine. En conclusion de ce billet je vous conseille donc de vous balader sur le site de Thierry Legault (http://legault.perso.sfr.fr), qui est une véritable mine d’images époustouflantes.

 

A 10 jours de l’Espace

[Edit 21/07/2014 : Cet article est paru avant le report de tir – attention aux dates/heures qui ont donc changé]

C’est dans un peu moins de 10 jours que l’ATV5 – Georges Lemaître sera mis sur orbite par une Ariane 5 ES depuis le Centre Spatial Guyanais. L’occasion pour moi de vous présenter la mission en chiffres et en dates.

25/07/2014 3:41:03, heure de Toulouse

C’est l’heure précise à laquelle Ariane doit s’élever pour placer ATV5 sur sa première orbite.

Pour la mission précédente « Albert Einstein », Ariane a décollé le 5 juin 2013 – Crédit photo ESA/Arianespace

Le tir se fait sans fenêtre, ce qui veut dire que le moindre contretemps dans la chronologie finale est immédiatement sanctionné par un report de tir le lendemain. Cela vient du fait que pour optimiser l’utilisation du carburant embarqué à bord d’ATV, il faut viser une orbite initiale quasiment dans le même plan que l’orbite de l’ISS. L’orbite initiale étant conditionnée par le lieu du tir, cela ne peut se produire que lorsque la rotation de la Terre place Kourou dans le plan de la station, ce qui arrive deux fois par jour.

« Attends baby, tu prends tes lecteurs pour des jambons ! Juste au-dessus tu dis que c’est reporté au lendemain ! Pourquoi pas 12 heures plus tard, hein ? »

Pour des raisons de sureté ! Ariane 5 n’est tirée que vers le nord (le sud lui fait prendre une trajectoire trop au-dessus des zones habitées). Il n’y a donc finalement qu’une seule heure par jour pour lancer un ATV.

« Mouais… tu t’en sors bien ! »

Pour Georges Lemaître, on aura droit à un tir de nuit (22h41 en Guyane).

« Super. »

19 895 kg

Une fois séparé de l’EPS, l’étage supérieur d’Ariane, et de l’adaptateur mécanique conçu pour interfacer ATV avec l’EPS, Georges Lemaître affichera une masse de 19895 kg, ce qui est le nouveau record parmi la famille ATV.

l’EPS avec l’adapteur (anneau en noir) duquel se sépare ATV en début de mission. Crédits CNES/D.Ducros

C’est donc le plus « gros » vaisseau parmi les véhicules encore en activité qui desservent la station.

6

Étrangement, c’est bien le 6ème rendez vous avec la station spatiale que nous allons réaliser au centre de contrôle de Toulouse. Et le 5ème amarrage.

Jules Verne « le débraillé », 11 m avant l’amarrage ! Arrivera, arrivera pas ? Crédits photo NASA

En effet, lors de la première mission Jules Verne, il a fallu démontrer aux partenaires internationaux (parmi lesquels figurent la NASA et Roscosmos, l’agence spatiale russe) que le système complet ATV était en mesure de réaliser les phases d’approche et aussi une manœuvre d’évitement de la station. Pour cette raison, et afin de montrer patte blanche, la première tentative était destinée à être une démo, qui n’aboutirait pas à un amarrage.

678

Ce compteur est pour l’instant à l’arrêt, car c’est le nombre de jours cumulés avec un ATV en orbite. Cette cinquième mission sera donc l’occasion pour le centre de contrôle de fêter les deux ans cumulés en orbite du programme. Reprise du compteur le 25 juillet donc.

A ce sujet, en cas d’insomnie pour pourrez suivre le lancement en direct depuis les sites suivants :