L’argent de l’Espace

Quand on travaille dans l’industrie spatiale, et qu’on vient à parler de ce que l’on fait dans la vie, on tombe de temps en temps sur un gentil troll, qui explique qu‘avec tout l’argent qu’on met dans l’Espace, on pourrait régler nos problèmes sur Terre, hein, à commencer par les problèmes de famine dans le monde. Je vous propose donc un petit argumentaire chiffré que je me fais un plaisir de ressortir à chaque fois que le besoin s’en fait sentir, quitte à péter un peu l’ambiance en soirée.

money

En tant que citoyen français, on ne peut pas trop décider du budget de la NASA ou des agences spatiales russe et chinoise. Limiter le chiffrage au cas français semble donc raisonnable (et on obtient sensiblement les mêmes résultats quoi qu’il en soit). Le budget du CNES en 2012 s’est élevé à 1911 M€, dont 1466 provenant du financement de l’État français et 445 provenant de contrats externes. Je vous le fais au total à environ 2 milliards d’euros. Pour comparaison, le budget de la NASA la même année a tourné autour de 19 milliards de dollars. Et vous n’êtes pas sans savoir que le budget de la NASA n’est pas le seul consacré à l’Espace aux Etats-Unis, puisque l’US Air Force y consacre de son côté 6 petits milliards… officiellement. Mais à la limite, tout ça on s’en fout, c’est pour notre culture.

Revenons à nos 2 milliards d’euros bien français consacrés à l’Espace. Ce qui devient très intéressant, c’est lorsqu’on compare cette somme « astronomique » aux dépenses des français la même année. L’INSEE produit de jolis tableaux bien rigolos qui permettent de mettre en rapport ce que sont 2 milliards d’euros dans le monde d’aujourd’hui.

La bière est à l’honneur cher lecteur ! En effet d’après l’INSEE, les français ont dépensé en 2012 1943 M€ en bières… soit sensiblement la même somme que celle consacrée au programme spatial français, contribution à l’ESA incluse. Santé !
Donc finalement, faire une croix sur la bière a le même poids que couper purement et simplement les vivres au spatial. L’économie réalisée est la même ! Et ne me dites pas (à moins de ne pas payer d’impôt) que la comparaison ne tient pas car l’argent public ne viendrait pas de votre poche.

Vas-y pour la boire avec ton casque, maintenant, gros malin !
Vas-y pour la boire avec ton casque, maintenant, gros malin !

Encore mieux : rangez vos jetons, tapis vert et autres lotos et vous économisez près de 9 milliards d’euros, soit 4,5 fois le budget annuel du CNES. La cigarette ? 19 milliards, soit près de 10 fois le pécule orbital !

Mais… attendez… le problème c’était la faim dans le monde, non ? Filons directement au rayon alimentation ! On peut s’amuser d’abord du montant de la ligne  « Sucre, confiture, miel, chocolat et confiseries », affichant fièrement 12 milliards d’euros, soit 6 fois notre somme de référence. Mais passons plutôt directement au total, hors boisson de la catégorie alimentation : 142 milliards d’euros. Le budget du CNES représente 1,4% de cette somme.

Toutes, proportions gardées, si le budget du CNES est représenté par la distance Soleil-Mercure, alors le reste de la distance jusqu'à Neptune correspond aux dépenses des français en denrées alimentaires.
Toutes, proportions gardées, si le budget du CNES est représenté par la distance Soleil-Mercure, alors le reste de la distance jusqu’à Neptune correspond aux dépenses des français en denrées alimentaires.

Mais j’ai encore mieux, et ça marche d’autant plus que la personne qui vous trolle possède un animal domestique. Le budget chien & chats ! Avec 7 milliards d’euros, je vous fait la totale, acquisition du toutou, services vétérinaires, alimentation, accessoires. 3,5 fois le budget du CNES. Pour nourrir et soigner des chats. Et on vient me parler de faim dans le monde…

« Oui, euh, baby tu déconnes hein. Nous aussi on a un chat et je crois pas qu’on soit des criminels ! »

Non, en effet, et ce n’est pas mon propos. Au travers de cette mise en perspective, volontairement provocatrice, je veux simplement montrer une chose : L’idée selon laquelle on dépense beaucoup d’argent dans l’Espace est fausse. C’est un amalgame dans l’inconscient populaire entre la démesure de l’Univers et de ses caractéristiques, et les sommes consacrées à son observation ou son exploration. Finalement, les dépenses astronomiques de notre société ont bien lieu à la surface de notre planète. L’argent dispersé a torrents dans l’Espace est un mythe. Néanmoins, on ne peut que se désoler de voir régulièrement l’exploration spatiale jouer le rôle de bouc-émissaire dans les malheurs du monde.

Bon allez, réconcilions nous autour d’une bière et occupons-nous du chat.

4907-chat-etoiles-WallFizz